Tuesday, September 2, 2014

Attendre est encore une occupation. C’est ne rien attendre qui est terrible.

Aspettare è ancora un’occupazione. È non aspettare niente che è terribile

Cesare Pavese
Monday, September 1, 2014
Sunday, August 31, 2014




Garde en ton cœur cette blessure, Sois pareille aux roses de l’orage.
Rémy de Gourmont

Garde en ton cœur cette blessure, Sois pareille aux roses de l’orage.

Rémy de Gourmont

Saturday, August 30, 2014
solitaria:

(by akimuby)
Les départs m’attristent et m’enivrent, c’est vrai, et quelque chose de moi se suspend à tout ce que je traverse (pays nouveaux, ciels purs ou nuageux, mers sous la pluie couleur de perle grise) s’y accroche, si passionnément qu’il me semble laisser derrière moi mille petits fantômes à ma ressemblance, roulés dans le flot, bercés sur la feuille, dispersés dans le nuage… Colette,  La vagabonde
Friday, August 29, 2014
Je parle de te voir
Je te sais vivante
Tout existe tout est visible
Il n’y a pas une goutte de nuit dans tes yeux
Paul Eluard, in “Telle femme, principe de vie, interlocutrice idéale”, in La rose publique (via akwabon)
Entre ce que je vois et dis,
entre ce que je dis et tais,
entre ce que je tais et rêve
entre ce que je rêve et oublie,
la Poésie.
Elle glisse
entre le oui et le non :
elle dit
ce que je tais,
elle tait
ce que je dis,
elle rêve
ce que j’oublie.
Elle n’est pas un dire :
elle est un faire.
La poésie
se dit et s’entend :
elle est réelle.
Et à peine je dis
« elle est réelle »
elle se dissipe.
Est-elle ainsi plus réelle ?

Octavio Paz  L’Arbre parle

(via couleurnuit)

le-moment-supreme:

Wilderness en We Heart It.
Faire l’amour pour être,
quelques heures durant,
le centre de la nuit.
Alejandra Pizarnik, Journal (via couleurnuit)